Suivez-nous
Accueil > Actualité > Christ Ouédraogo, un jeune homme à deux casquettes

Christ Ouédraogo, un jeune homme à deux casquettes

SOUSTITRE

vendredi 4 juin 2021, par Jack

Le trading a fait son apparition au Burkina Faso depuis plus de 5 ans. Malgré la méfiance qu’il a suscitée chez la population et au niveau de la justice, beaucoup de jeunes rêvant de faire fortune ont tenté leur chance dans ce secteur. Étudiant et à la fois trader, voici le portrait de Christ Alex Ouédraogo.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Christ Alex Ouédraogo, je suis étudiant en finance et aussi trader et coach financier. Je suis aussi le co-fondateur de la société de trading Golden Leaf Exchange.

De façon brève pouvez-vous expliquer ce qu’est le trading ?

On peut dire que le trading c’est de la spéculation boursière. Le but est de se faire de l’argent. Il s’agit de passer des ordres tel que l’achat et la vente sur des positions. Donc le trading consiste à prévoir le mouvement du marché et en fonction du risque tu te fais une marge d’argent. On a la possibilité d’intervenir dans plusieurs marchés tels que le marché des actions, les matières premières, et celui des devises telles que l’euro, le dollar. De manière simple c’est comme acheter des tomates lorsque le prix est encore abordable et attendre que les prix augmentent pour les revendre. C’est à partir de ces marges qu’on se fait de l’argent.

Depuis quand pratiquez-vous le trading et combien cela vous rapporte-t-il ?

J’aurai bientôt quatre années d’expérience dans le domaine. L’année la plus difficile était ma deuxième année et c’est vraiment à ce moment que j’ai commencé à me former. De façon générale j’évolue bien dans le secteur, dans le sens où j’arrive à me faire assez de bénéfices. Mais mes cours à l’université m’empêchent de me concentrer à fond sur le trading. Donc j’essaie de compenser avec mes coaching ce qui me permet de me faire un peu d’argent supplémentaire. Ainsi j’arrive à subvenir à mes besoins.

Au Burkina Faso plusieurs personnes considèrent le trading comme de l’escroquerie vu le nombre de problèmes auxquels ont été confrontés les entreprises de trading ( incapacité de rembourser leur clients, problèmes avec la justice) que pensez vous de cela ?

Beaucoup de personnes considèrent le trading comme de l’escroquerie mais cela n’est pas lié à l’activité en elle-même. C’est un domaine qui nécessite beaucoup d’expertise donc le problème ce n’est pas le trading en lui-même mais la société dans laquelle on choisit d’investir des fonds. Et peu importe la société dans laquelle on investit, il faut toujours investir une somme qu’on est prêt à perdre.


Lire aussi Marchés financiers au Burkina : Tout savoir sur le trading


Pensez-vous que le trading ait de l’avenir au Burkina Faso ?

Je dirai que oui mais il faudrait un gros travail de la part des acteurs mais aussi beaucoup de temps. Avec tout ce qui s’est passé dernièrement (lire ci dessous, ce qui s’est passé en 2019 avec plusieurs entreprises de trading), il faut penser à une manière de pouvoir rassurer la population, car le trading peut être une voie pour accroitre l’économie du pays. C’est le cas du Ghana et de l’Afrique du Sud qui spéculent beaucoup.

Dans le cadre de votre métier de trader avez-vous déjà été confronté à la justice ?

Heureusement je n’ai pas encore été confronté à la justice. Certes nous faisons face souvent à des incompréhensions avec nos clients mais jusque-là nous avons pu les gérer en interne.

Quels sont vos projets d’avenir ?

J’ai de très grands projets dans le domaine. Déjà après ma licence je compte me consacrer entièrement au trading et à d’autres activités. Le trading pour moi est un moyen d’atteindre d’autres objectifs qui sont de pouvoir aider d’autres personnes à devenir très riches à travers le mentorat.

Quels conseils donneriez-vous à des personnes qui souhaitent se lancer dans le trading ?

Pour toutes personnes voulant se lancer, je lui dirai d’appréhender ce domaine comme n’importe lequel. Il ne faut pas penser que le trading est une solution miracle pour gagner de l’argent. Il est très capital de se former auprès des meilleurs afin d’être très rentable dans ce domaine.

Tout compte fait, le trading comme commerce d’argent ou d’actifs financiers, n’a pas encore fait l’objet d’une interdiction par la justice ; il s’opère donc au vu et au su de tous. Pratiqué de la bonne manière il pourrait être un atout indéfectible pour l’économie burkinabè.

Paré Nado Ariane

Vidéo de la semaine

Sorties de la sémaine

Education : L’état d’esprit dans le processus de réussite de l’enfant

L’un des plus grands impacts sur notre réussite est la façon dont les pensées, les comportements et (...)
Sorties de la sémaine

ciné Nerwaya

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

ciné Burkina

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

CCF

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

CENASA

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

Autres centre

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :
Offre d'Emploi

Jeunesse Du Faso

LeFaso.net © 2003-2013 Jeunes Du Faso ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés