Suivez-nous
Accueil > Actualité > Journées nationales de la jeunesse catholique 2018 : C’est parti pour cinq (...)

Journées nationales de la jeunesse catholique 2018 : C’est parti pour cinq jours d’échanges autour de la paix

jeudi 2 août 2018, par Pascal YE

La cérémonie d’ouverture de la 7e édition des Journées nationales de la jeunesse catholique (JNJ) a eu lieu ce mercredi 1er août 2018, à la Cathédrale de Ouagadougou. Placées sous le thème « Recherche la paix dans le pays où je t’ai établis (Cf.Jr29, 7 », ces JNJ 2018 se tiendront du 1er au 5 août autour de conférences, catéchèses, rassemblements et activités de divertissement.

Autorités politiques, coutumières et religieuses ainsi que des jeunes du Burkina et d’ailleurs, se sont mobilisés pour la cérémonie d’ouverture de la 7e édition des Journées nationales de la jeunesse catholique (JNJ), ce mercredi 1er août 2018 à Ouagadougou. Une cérémonie rythmée d’animations musicales, de défilé des délégations, de prières et d’allocutions des premiers responsables de l’Église catholique au Burkina.

A cette occasion, le cardinal Philippe Ouédraogo, après son mot de bienvenue aux hôtes, s’est d’abord exprimé sur l’importance du thème choisi pour cette édition. Selon lui, c’est un thème d’actualité qui constitue de ce fait un défi majeur pour le monde entier et en particulier pour la sous-région ouest-africaine. « Et pour le prophète Isaïe, il est temps que tous les peuples se mobilisent pour briser leurs épées pour en faire des socles de charrues et leurs lances pour en faire des faucilles », a lancé le cardinal.

Une exhortation sur laquelle il s’est fondé pour inviter les jeunes à faire de ces JNJ, une occasion de prise de conscience de leur responsabilité dans la construction d’un monde plus beau, plus lumineux et plus fraternel, un monde réconcilié dans la justice et la paix véritables. Parce que, pour lui, la jeunesse, c’est le présent ; la jeunesse, c’est l’avenir. « Tous les humains de toutes couleurs, langues et races, de toutes croyances et non-croyances, forment une grande famille humaine dont l’unique Dieu est le créateur et le maître. Aussi sommes-nous tous appelés à travailler ensemble pour la promotion humaine et le développement intégral, à s’engager ensemble dans un dialogue vrai et constructif et au service de la vie, c’est-à-dire au respect de toute vie humaine qui est sacrée et inviolable », a ajouté le cardinal Philippe Ouédraogo.

Défis à relever

Pour le cardinal, nombreux sont les défis auxquels sont confrontés les jeunes : chômage, drogue, fléau du Sida, fuite des cerveaux, etc. Et face à ces défis dramatiques, quelle solution peut-on trouver, s’est-il demandé. Certes, les autorités civiles ont une grande responsabilité. Mais pour relever les défis, dit-il, « vous êtes, chers jeunes, les premiers protagonistes de votre avenir ». Ainsi, poursuit-il, « soyez vous-mêmes des acteurs clés de votre futur, prenez les choses en main, laissez parler votre foi, vos convictions, votre dynamisme, votre énergie (…). Chers jeunes, sortez de ces JNJ renouvelés et transformés », a-t-il conclu.

Emboîtant le pas du cardinal Philippe, le président national des jeunes catholiques, Wilfried Kaboré, s’est exprimé en ces termes : « Nous n’avons pas à subir notre avenir, nous devons le créer. Nous ne sommes pas obligés de prendre parti pour quelqu’un ou pour une quelconque idéologie mais prenons le parti de Dieu, celui de l’amour ». Et pour paraphraser les dires du Pape François lors des Journées mondiales des jeunes (JMJ), Wilfried Kaboré a exhorté les jeunes à être des personnes en marche et libres de décider de leur propre avenir. Et pour ce faire, il leur a rappelé qu’ils ne sont venus au monde pour jouer le rôle de figurants de leur propre vie mais pour en être les acteurs. Et pour conclure, il a demandé aux jeunes de mettre à profit les cinq jours pour mûrir leur foi et œuvrer en faveur de la paix.

Contribution des JNJ

Pour le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba, ces JNJ contribueront à faire avancer la cause de la paix au Burkina Faso et dans la sous-région. Car, dit-il, à travers cette rencontre sur la problématique de la paix, les jeunes œuvreront partout où ils sont pour la paix à plusieurs dimensions. « La paix, comme vous le savez, est très importante, parce que la sous-région est menacée par les conflits et le Burkina Faso n’échappe pas à ces conflits. Pour dire que la paix est importante pour que nous puissions nous consacrer à ce qui est le plus important pour nous, la bataille du développement », a expliqué le Premier ministre. Lire la suite sur jeunedufaso.net

Yvette Zongo
Lefaso.net

Vidéo de la semaine

Sorties de la sémaine

Musique : "Yiki", le nouvel album d’Alif Naaba

Alif Naaba revient sur le devant de la scène musicale du Burkina, avec un nouvel album de 12 (...)
Sorties de la sémaine

ciné Nerwaya

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

ciné Burkina

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

CCF

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

CENASA

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :

Autres centre

  • Du Lundi au Vendredi :
  • Week-end :
Offre d'Emploi

Jeunesse Du Faso

LeFaso.net © 2003-2013 Jeunes Du Faso ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés